vol de velo et antivol

Entretien avec Jérôme créateur du site antivolvelo.net

Aujourd’hui je reçois Jérôme du site antivolvelo.net qui vient nous parler de vélo, de ville, du plaisir du pédalage mais aussi d’antivols. Pour une amoureuse comme moi du vélo en ville, j’en suis très contente, car c’est vrai j’adore faire du vélo, mais comme beaucoup j’ai aussi été victime de vol de vélo. Ici, Jérôme nous explique que des solutions existent.

Bonjour Jérôme peux-tu te présenter pour qu’on en sache un peu plus sur toi et sur ton rapport au vélo ?

Bonjour, je m’appelle donc Jérôme et je suis un pratiquant effréné du vélo de ville. Je suis ce que les gens appellent un vélotaffeur dans le jargon du vélo, c’est à dire que je vais chaque jour au travail à vélo. Je fais donc 20 km par jour dans un environnement très urbain et je me suis donc rapidement confronté à la question du vol de vélo…

Figure toi que moi aussi je me suis faite voler mon vélo, mais selon toi des solutions existent ?

Ton vélo n’est pas seul dans ce cas, il faut donc parti des 400 à 500.000 vélos volés chaque année. Les chiffres sont assez efferants surtout quand on sait que le vol de vélo n’est que très rarement résolu. L’autre statistique effarantes et que 95% des victimes de vols de vélo utilisaient un antivol vélo de mauvaise qualité. Peut-être que c’était ton cas, mais la majeure partie des vélos que je peux voir en ville sont protégés par un antivol câble, or c’est la protection la plus faible qui soit. Une simple pince coupante et le vélo est volé en 10 secondes max. S’équiper d’un antivol de qualité devient donc important.

Alors quel antivol choisir selon toi ?

Lire toutes les informations relatives aux antivols est un tâche assez ingrate car on est bien-sûr confronté au matraquage marketing de la marque. Chacune d’entre elles veut nous faire croire que son antivol est le meilleur. Il n’y a pas de logo appuyés par des organismes indépendant comme c’est le cas en Grande-Bretagne par exemple. Le seul appui que l’on peut trouver vient tout d’abord des agences de consommateurs qui testent des nombres incroyables d’antivols pour trouver celui qui serait le meilleur ou qui offrirait une protection suffisante dans un contexte urbain. L’autre argument de choix est celui des utilisateurs eux-mêmes et des retours précieux que l’on peut avoir sur leurs usages.

Mais finalement alors quel antivol serait pour toi le meilleur de l’année ?

Les antivols les plus résistants, et c’est ce qui ressort des plusieurs études à ce sujet, ce sont les antivols en U. Je penche pour celui de la marque Abus le Granit X-plus parce qu’il donne vraiment du fil à retordre à un voleur potentiel. Après 3 vélos volés je n’ai plus eu un seul problème avec ce modèle. Après mon usage est particulier puisque mon vélo reste dehors la nuit en ville et qu’il faut un antivol différenvol de velo et antivolt selon les expositions au vol. J’en parle dans le guide que j’ai fait sur le site.

Merci pour toutes ces informations Jérôme et au plaisir de te retrouver sur ton site antivolvelo.net !

Interview de Guillaume, pour tout savoir sur les autocuiseurs

Aujourd’hui c’est au tour de Guillaume de se prêter au jeu de mes interviews. Il va tout nous raconter sur les cocottes-minutes ou sur les autocuiseurs. C’est justement intéressant car nous sommes nombreuses et nombreux à nous interroger sur quelle cocotte choisir pour décorer sa cuisine, ou pour la faire aussi !

Bonjour Guillaume, tu peux te présenter un petit peu et nous dire que qui t’a poussé à créer ton site ?

Je m’appelle donc Guillaume et je suis ce que les catégories sociales estiment être un jeune actif de 30 ans. Je travaille dans l’administration et à mes heures perdues j’adore cuisiner. J’ai un rapport très intime à la nourriture et à la cuisine puisque ma famille est originaire du Périgord et dans cette région comme tu le sais bien, la cuisine c’est quelque chose de sacré. J’ai donc toujours fureté dans les plats et les multiples préparations depuis tout petit et je continue à cuisiner quand je le peux.

Le site est né récemment des suites d’une enquête poussée pour trouver la cocotte-minute parfaite. Je voulais retrouver l’ustensile de la jeunesse, celui qui sifflait dans la cuisine de ma grand-mère et j’ai donc épluché par mal d’informations à ce sujet avant de faire mon choix. J’ai voulu mettre en forme ces informations et pouvoir les partager et c’est pour ça que j’ai créé le site cocotte-autocuiseur.com

Tu peux peux-être nous éclairer d’ailleurs sur la différence entre cocotte et autocuiseur ?

Comme j’en parle dans mon site, la différence est d’ordre marketing. Seb a déposé en 1953 le terme « Cocotte-minute ». Impossible donc pour les concurrents de s’en saisir. Ils doivent donc utiliser le terme autocuiseur. On voit depuis quelques année un nouveau terme apparaitre, celui de « multicuiseur ». Il s’agit dans ce cas d’une invention puisque le multicuiseur est quant à lui un appareil électrique qui permet de cumuler plusieurs modes de cuisson d’où le nom de multi-cuiseur. cocotte ou autocuiseur

Quelle serait la meilleure cocotte pour toi ?

C’est justement l’ojet de ma quête, trouver la meilleure ! Mais avec une offre aussi variée et des niches aussi subtiles le choix n’est pas facile. Il s’agit donc de trouver celle qui convienne à l’utilisation et au budget. J’ai  donc choisi une Seb Clispo parce que c’est vraiment une référence, mais j’aime beaucoup le design des autocuiseurs Italiens de la marque Lagostina. Si je dois changer un jour je prendrai certainement une de celle-là.

 

Merci Guillaume pour la présentation détaillée de ton site. Il faut absolument que j’aille y faire un tour pour choisir à mon tour la meilleure cocotte!

Moon express

Moon Express : destination Lune

Une nouvelle historique

L’entreprise Moon Express reçoit l’autorisation de mener des vols commerciaux vers la lune. Première autorisation délivrée dans ce sens. Cela marque-t-il le début d’une privatisation de l’espace ?

C’est une nouvelle assez historique. L’entreprise Moon Express est la première a recevoir l’autorisation à lancer des voyages sur la lune à visée commerciale. L’entreprise est née d’un appel à projet Google, le Google Lunal X-prize qui dotait le gagnat du concours de la coquette somme de 30 millions de dollars. Forte des investissements de différentes entreprises privées, Moon Express pourrait donc être la quatrième entité autorisée à atterrir sur la lune après les Etats-Unis, L’URSS et la Chine.

Des autorisations données au cas par cas

L’autorisation pour cette entreprise relève d’un choix au cas par car comme le mentionne le créateur de l’entreprise M. Naveen Jain. Les Etats Unis estiment en effet qu’il ne s’agit pas là d’un précédent mais que chaque demande sera étudiée au cas par cas tant qu’une législation plus grande n’a pas encore été adoptée.

La seule législation qui existe actuellement est passée en 2015 et relève presque de la science fiction puisque La loi de Compétitivité du Vol Spatial Commercial autorise des entreprises privées à se lancer à la conquête de l’espace et prévoit qu’elles possèderont tout minerai extrait de l’astre.

La conquête spatiale se privatise à vive allure et ce sont des des entreprises et non desMoon express pays qui désormais mettront des drapeaux sur l’univers.

En vidéo: